Jeune-Ève

001
Jeune-Ève

« Le Concer(pho)to de Genève » : phoème inachevé

De 1980 à 1986, c’est à Genève que je me suis fait le plus assidûment photographe. Ne serait-ce qu’en joignant le fastidieux petit-boulot de déposer des affichettes d’événements culturels en vitrine de commerçants à l’agréable découverte d’une belle grande ville inconnue. Arrivé là grâce à la chaude amitié d’une seule personne, c’est au « quartier artiste » de Carouge où, logeant en squatteur, j’ai vite élargi mon cercle d’amis en exposant – notamment à l’Auberge Sarde. Puis je rejoignais le dynamique club-photo du quartier de la Jonction (jonction de l’Arve et du Rhône), où se trouver d’autres amis.

Enfin, surtout, vint le grand-amour : Cosette !… Un bond fantastique. J’entreprenais la création d’un « Concer(pho)to de Genève, phoème », avec conseils et encouragements, entre autres du célèbre photographe Jean Mohr, qui me reçut très cordialement : l’avenir s’ouvrait. Je reproduis plus bas « l’avis » qui ouvrait cette création cruellement interrompue :
Le 21 août 1985, un cancer foudroyant emportait à 47 ans ma compagne et contemporaine. Je tentais un an de « m’accrocher » à mon projet, en vain : le ressort était cassé, définitivement du fait d’une cruelle rumeur calomnieuse me reprochant d’avoir trop surmené la disparue…
C’est à toi, Cosette, que je dédie cette re-création d’une époque où tu sus si bien m’influencer.

« Jeune-Ève : sa vie » et « Jeune-Ève : son site » : deux chapitres au lieu d’un !

Les Suisses Romands prononcent d’un chantant « j’n’Ê-èv’ » le nom de leur métropole, mais je dois à l’accent d’une jeune allemande le petit jeu de mot phonétique de Jeune Ève : elle arrivait là tout récemment, comme moi, et nous avons fait connaissance devant la statuette qui ouvre le premier chapitre. Lequel se termine par l’effigie d’un homme seul obligé de descendre entre deux impressionnantes masses : un résumé autobiographique involontaire !

Près de trente ans après mon si intense séjour, je consulte à nouveau mon millier de photos genevoises pour restituer un peu de ce que j’en captais : à défaut du grand « phoème » projeté alors en version imprimée, voici parution annoncée du chapitre « Jeune-Ève » :
Sous ce titre, ce sont en fait deux grands chapitres que je vous donne finalement à voir. Le plus long et premier chapitre (surtout en Noir&Blanc) observe des Genevois ; et l’autre leur ville… : séparation très arbitraire et plus encore relative, que j’assume en toute subjectivité !

-« Jeune-Ève : sa vie » privilégie mes hasards de croiser mes voisins citadins ou visiteurs de Genève, dans leurs activités urbaines si diverses, en si divers circonstances et décors, parfois cocasses. Et la quête du piéton-vagabond-voyeur est de saisir fugitif instant de lumineuse surprise. De beauté espérée… Celle de la Jeune Ève.

-« Jeune-Ève : son site » réunit d’insolites prises de vue d’urbanisme, architecture et statuaire de cette belle ville en remarquable site, tant célébrée en faciles « clichés pour touristes », comme Paris. Mais Genève a une statuaire moderne époustouflante en regard de Paris… (et peut-être même plus de banques, mais elles ont très rarement attiré mon regard !)…

J’ajoute ceci : les sobres légendes de photos sont ici plus souvent prosaïques que poétiques. Car c’est l’ensemble de ces « deux mouvements d’un Concer(pho)to inachevé », ici rebaptisé « Jeune-Ève » que je considère phoème : à vous de voir !

Introduction au projet du « Concer(pho)to de Genève » (1983)

Malgré sa date, je reproduis ici cet « avis » car il m’a guidé au choix actuel de mes photos, malgré certains anachronismes, concernant par exemple « l’île de Berlin-Ouest » de l’époque !

Avis !

Ce sont des peuples d’oiseaux, d’arbres, de statues, de gravats, de panneaux, de lumières, que les peuples humains rassemblent dans la ville ; la ville n’est pas rassemblement immobilier ; les immeubles même font une population mouvante ou émouvante, avec boiteux, obèses, audacieux, timides, prétentieux ; l’Urbanisme a beau faire la police dans la foule des constructions, il y aura toujours « joyeux lurons et tristes sires », « anars et arnaqueurs » dans le soi-disant parc immobilier du Père Urbu !…

GENF-GENOVA-GINEBRA-GENÈVE(sa vieille ville et ses urbanismes modernes successifs ; ses villes-satellites et ses espaces d’eau, espaces verts, espaces macadam ; tous ses peuples enfin) est ville photogénique s’il en est : et il en est !…

Il en est de Paris-Monumental, de New-York-Brutal, de Calcutta-Fourmilière, de Berlin-Émouvante, de…, de… Trifouillis-les-Oies ; et Genève est aussi ce village ; et Genève est aussi, comme Berlin-Ouest, une quasi-île. Et émouvante et fourmilière, et brutale… monumentale enfin.

L’âme de Genève est unique, c’est elle que je traque ici ; depuis deux ans et demi. Petit piéton mal équipé et soucieux de survie, je faisais des photos à Genève, puis de Genève, peu à peu, en amoureux. Et c’est cette histoire d’amour, avec ses éblouissements, ses contrastes souffrants, ses désillusions et ses lucidités que je raconte dans mes clichés, à la lumière genevoise, « en duo concertant », je l’espère ; et tout cas je dédie ce CONCER(pho)TO de GENÈVE à ses musiciens de rue, que j’aime tant, comme les oiseaux dans les arbres.

Galerie de Photos – Jeune-Ève : sa vie

Galerie de Photos – Jeune-Ève : son site

Advertisements

Une réflexion sur “Jeune-Ève

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s