Les Quatre Éléments

LES QUATRE ÉLÉMENTS

Le chapitre « FORCE NATURE » précédent s’ouvrait par le poème « Il y a la vie » et une première photo légendée « les 4 éléments ». En nouveau chapitre complémentaire sur ce thème, voici quatre poèmes, chacun illustré d’une seule photo, et consacré à chacun de ces éléments.

Si seul le court poème « Il y a la vie » était exposé en grand format en ouverture de mon expo-photo genevoise de 1985, les quatre longs poèmes ici reproduits furent à l’époque disponibles en plaquette offerte aux visiteurs. Illustrés comme précédemment d’autres photos que celles de l’exposition d’il y a 30 ans, voici ces 4 textes, certes poèmes-fantaisistes, mais qui – à mes yeux – n’ont pas pris une ride !

Pour information, ces poèmes furent séparément publiés au cours du mois de mai 2015 sur le blog « Cailloux dans l’brouill’art », avec les mêmes photos qu’ici. Mais ils sont ici rassemblés et c’est bien mieux, puisqu’ils illustrent 4 facettes de la même « Force Nature »…

LE FEU

Feu

les baguettes magiques de la fée Sylvie

Le FEU c’est sous nos pieds vingt-quatre heures sur vingt-quatre
– et toujours on l’oublie ! – cette masse en fusion inouïe
qui fuse parfois pour le meilleur des terres arables mais
pour le pire des terreurs naturelles.

Le FEU c’est sur nos têtes l’Astre du jour qui régule tout
de la vie du système solaire à ma petite humeur passagère
qui en fait partie.

Le FEU c’est l’éclair qui diagonale l’orage
allume un arbre et aide Prométhée à créer le briquet.

Le FEU ce fut l’enjeu de la première guerre entre hommes
et c’est toujours les si épouvantables « FEU ! » de nos modernes guerres
innombrables et toujours « der-des-der ».

Quoi ? Des milliards de milliards de « bombes atomique », dites-vous,
explosent chaque seconde sur des milliards de milliards d’étoiles ?
Cela me laisse froid
Et ne m’empêche pas de rêver sous les lucioles du ciel noir
Que l’humanité assagie envoie « jusqu’aux étoiles »
Ses folles armes atomiques plutôt que de faire péter la planète ! :
Le FEU d’Hiroshima et de Nagasaki tue encore aujourd’hui…

Le FEU fait vivre le grillon du foyer et « le foyer » humain
Le FEU c’est la marmite familiale même si « cocotte-minute »
Le FEU c’est la fée du logis et de la civilisation
de la première bougie à la bougie du moteur à explosion en passant par
l’âtre et la lampe à pétrole, la forge et la soudure, l’électricité et
le flash électronique…

Le FEU c’est ce phare qui troue le désespoir du marin égaré
Le FEU c’est aussi ce regard qui m’allume le mien et notre espoir…

Le FEU c’est l’âme de l’homme humanisé
Le FEU c’est le 18 au téléphone : allô-pompiers-au-feu-au-secours !
Le FEU c’est le symbole d’amour et le symbole de la mort :
FEU (untel) vit encore dans mon cœur d’amour

Le FEU c’est le souffle
du premier cri au dernier soupir

Le FEU s’écrit
c’est la photographie.

(Nous sommes tous de « l’élément FEU » en particulier les natifs du BELIER, du LION et du SAGITTAIRE)

L’EAU

Eau

Bébé, sors du bain, ta couche sèche t’attend !

L’EAU… mais quelle eau ?
Il y a bien des eaux, de toutes les couleurs et de toutes les saveurs
Des EAUX douces, douces-amères, plus ou moins salées ou saumâtres
Des EAUX extra-ordinaires et des eaux plates extraordinairement
Des EAUX usées, rusées, lourdes, légères, cristallines, miraculeuses
Des EAUX javellisées, aseptisées, des eaux sceptiques même
Des EAUX intimes, de celles où
nous étions si bien dans le ventre maternel

Et des eaux dangereuses, troubles, traîtresse, voire haineuses
De bien basses-eaux et des bases maritimes pour sous-marins nucléaires
De pacifiques lagunes d’eaux bien particulières et belles
qui servent à des essais nucléaires au nom des quels
contre la VERITE-PAIX des ondes poser à Auckland des bombes
grâce à des grenouilles de piscine !

Le photographe Fernando Pereira a été assassiné

Le photographe Fernando Pereira a été assassiné
dans le Pacifique par une piscine parisienne et
dans le pacifisme par la guerre…

L’EAU … : sur les rivages (ou près des lavabos !) vivent les hommes :
Les 9/10° de l’humanité sont à proximité de l’eau et
les autre nomadisent – marins compris !-
via des aventures guerrières ou pacifiques
de point d’eau en point d’eaux buvables
comme bien des citadins de bistrot en bistrot…

L’EAU… à la source a des éclats de feu en sortant de la terre
Elle fait des bulles d’air – des poèmes fantaisistes
Elle roucoule -« à la claire fontaine »- puis coule sous les ponts
et abreuve les amours de la terre avant d’aimer la mer originelle…

L’EAU… dans l’air s’évapore, les nuages n’en pleuvent mais…
LES EAUX-VIVES AUX VIVES-EAUX SE MARRIENT
Et le moindre ruisseau et le grand jet d’eau sont d’H2-O
Comme les marées de la Manche – inouïes aux équinoxes ! –
Et les eaux de la Mer Morte… des banquises, des glaciers millénaires :
L' »H-2-O »… sources, réservoirs, cours d’eau, canaux, golfes clairs,
polders, lacs, mers et océans, l’eau soudain rompt nos digues téméraires,
soudain « rien ne va plus »… dans l’art de contenir la force de l’eau
… et l’eau tue :
Raz de marée, typhons, moussons, déluges, crues, inondations, sécheresses,
ou simplement rupture de canalisation – ou rupture de coque de navire…

L’EAU est forte et l’homme aussi qui se bat à la dompter et créer
LES EAUX-FORTES dans l’art et l’art de naviguer…
Et l’art de la lavandière…

L’EAU…il y a des eaux mortes – assassinées par l’homme-
Il y a des eaux-de-vie et eaux-de-feux pour et contre sa santé
Il y a des larmes pour rire et pour pleurer sa vie
Il y a de la salive pour manger boire et parler -et des crachats perdus-
Il y a … des « mers à boire » dans les bibliothèques publiques
Et des fleuves de discours où noyer le poisson…

Et puis il y a la natation où apprendre de nos frères dauphins la liberté
Enfin.

(Nous sommes tous « de l’élément EAU » en particulier les natifs du CANCER, du SCORPION, des POISSONS)

LA TERRE

Terre

J’ai les pieds solides sur terre. Avant d’avoir tête en l’air, feu au regard et portrait dans l’eau !

La Terre est ronde et même bourrée
La Terre sommeille et rêve de débourrer
La Terre est pleine de terre inerte qui boit de l’eau du feu de l’air
La Terre inerte fourmille de vies la terre a sa propre vie
La Terre érupte la terre s’érode la terre colle aux godasses
La Terre est basse ça fait bien mal aux reins
La Terre est ingrate nourricière
On est ingrat pour la terre
Il fait si noir dans la dernière demeure

La terre est belle et devient poubelle des humains
La terre des humains reste à faire

Notre terre qui êtes sur terre que votre nom soit notre paix
Non pas la « paix des cimetière »
Non pas « le bonheur des pierres »
Il n’y a pas de paix dans une économie qui mène à la guerre

« Creuse la terre creuse le temps » chante Brassens
Au pauvre laboureur – chacun
Chacun
Demain usufruitier de la planète Terre pacifiée
Sans guerre la terre peut nourrir des dizaines de milliards
Des dizaines de milliards de citoyens du monde

La terre des humains rassasiés reste à faire
Contre la terre-terreur des silex des lances des tanks des bombes des ruines des camps
Contre la politique de la terre-brûlée et des famines systématiques
Contre la terrible terre-éponge de nos sangs et de nos spermes assassinés
Éponge de nos larmes et de nos sueurs
ô terre muette qui cauchemarde !

La terre est belle à découvrir toujours
Belle comme cette première île enfin vue par Colomb aux Caraïbes
Belle comme cet arbre-île dans le lac Léman
Belle comme un arbre – belle comme un pré – belle comme une fleur
Belle comme une taupinière
Belle comme « un rond de sorcière » de champignonnière
Belle comme les secrets du désert si beau
Belle comme la vie géologique des cristaux magnifiques
Et comme l’astuce des racines à percer le granit
Qui est l’astuce d’Ève à percer le granit du cœur de son élu

Le cœur me fend d’avoir été l’élu
Sans la pomme du paradis terrestre
Mais avec d’autre mythologies inouïes comme
Ces ministères de Dieu -du Diable -de l’Intérieur -du Commerce -de la
Guerre et du -petit-dernier-le pire
Le ministère de « l’Éducation Nationale » qui prend nos enfants
Les enfants de la terre
Pour en faire des citoyens-pollueurs-soldats-chair à canon
Quand il leur faut au contraire chanter chanter chanter

« ALLONS ENFANTS DE LA TERRE
LE JOUR DE PAIX DOIT ARRIVER »

(Nous somme tous « de l’élément TERRE » en particulier les natifs du TAUREAU, de la VIERGE et du CAPRICORNE)

L’AIR

Air

L’arbre et l’homme aiment la liberté de l’oiseau envolé…

L’AIR ? ô l’Azur-l’Azur-l’Azur !… Air connu…
Mais l’air de quoi ? D’un cul-terreux, d’un clown, d’un coincé ?
Mais de quoi donc ai-je l’air ? D’une rengaine de Piaf, au mieux ?

Ça a l’air de rien l’air mais ça manque pas de vocabulaire
Ni d’odeurs.

Ni de courants d’air…surtout !

Lorsque je crache en l’air (Voltaire n’y est pour rien)
Sans malheur pour mon nez (Rousseau y est pour quelque chose)

C’est qu’il y a du vent
Et j’aime Le Vent
Même mauvais, bon-vent mieux encore…

Vive les « monte en l’air » les montgolfières et les fiers oiseaux
Vive l’air d’une chanson qui s’entête
A me faire courant d’air dans la tête et
Vivement de l’oxygène
Un peu !

L’air est à la fête : J’ai l’air d’y avoir bien bu
Je m’éclate et je plane…

Là-haut les vrais planeurs – frégates des mers et aigles de monts –
Ignorent nos bulletins météo et
Savent profiter des courants ascendants, en bons professionnels :
Ils sont les maîtres d’école des amateurs de delta-plane…

Là-haut les nuages naissent et foncent
Se chamaillent se zèbrent et fondent

Là-haut le sable du désert en arrive à cacher le soleil
De là-haut peut s’abattre soudain un nuage de sauterelles

Vers là-haut s’élèvent en gaz et en poussières
nos pollutions industrielles pires que sauterelles
De là-haut tombe la nouvelle plaie des pluies acides…

L’AIR ? Tout-un-chacun benêt-savant ne peut plus l’ignorer :
Il règne très haut de très grands vents – et « paravents » –
dessous les quels s’ordonnent nos vents et nos climats et nos
vies…

Oui, ça n’a l’air de rien l’air
Oui, c’est tout ce qu’il nous reste de gratuit
Oui, on y pense peu souvent, que l’on respire de l’air

Et que c’est une première raison d’être libertaire… pur.

(Nous sommes tous de « l’élément AIR » en particulier les natifs des GEMEAUX, de la BALANCE et du VERSEAU)

Publicités

Une réflexion sur “Les Quatre Éléments

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s